Infatigable chef d’orchestre du festival, Jean-Marie Ecay ne serait pas le musicien
hors-pair que l’on connaît sans son insatiable curiosité et son envie permanente de nouvelles
expériences musicales. Le projet qu’il présente cette année à Guitaralde est un trio inédit, dans
lequel il s’est entouré de deux instrumentistes de choix. À la contrebasse, Stéphane Kerecki,
musicien prolifique et très prisé notamment dans la mouvance du jazz moderne (Daniel
Humair, Yaron Herman, Anne Paceo…), et à la batterie, Fabrice Moreau, qu’on entend aussi
bien dans la chanson pop-rock (Aubert, Arthur H…) que dans le jazz (Michel Portal, Rémi
Vignolo, Bojan Z…).
Ce trio permet à Jean-Marie Ecay d’explorer une nouvelle dimension musicale, qui
allie inventivité et improvisation jazz à ses influences blues et rock, grâce à un système de
frettage révolutionnaire dont il est l’ambassadeur : la « Ace tone system ». Cette technique de
frettage, qui va faire parler d’elle dans les prochaines années, donne à la vibration des cordes
une justesse incomparable, et impossible à obtenir avec un frettage traditionnel. L’alignement
parfait des fréquences ouvre un nouveau champ des possibles et dote le groupe entier d’une
sonorité absolument idéale, qui ravira le grand public comme les mélomanes les plus avertis.
Il arrive que les fréquences s’alignent comme les planètes, et c’est alors, avec le Jean-Marie
Ecay Trio, tout le festival qui est à la parade.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.