De Bayonne à Bilbao, d’Hendaye à Lekeitio, de Saint-Jean-Pied-de-Port à Vitoria,
d’Itxassou à Zugarramurdi, en passant par Bera, Pasaia, Iholdy ou Mauléon, qui ne s’est
jamais retrouvé les larmes aux yeux au moins une fois depuis 1990, en pleine « confession »,
en train de hurler un samedi soir avec lui son mythique « Aitormena » ?
Avec le groupe Hertzainak, Gari a atteint les sommets du rock basque puis, après la
dissolution du groupe, a entamé une carrière solo ponctuée de nombreux albums loin des
modes radicales, et toujours marqués par l’ouverture : au jazz, au voyage, à la langue
espagnole qu’il avait longtemps refusée, à la poésie (Jon Maia, Bernardo Atxaga…). Des
albums riches, inspirés, personnels et sensibles, qui jalonnent le parcours d’un homme en
mouvement permanent, comme en témoigne son dernier disque, enregistré avec son comparse
Maldanbera.
Sur scène, sa voix pleine encore des rocailles punk de sa jeunesse fait mouche, sur des
titres aux arrangements subtils et aux guitares raffinées. À Hendaye, Gari se présentera seul,
en une formule unplugged guitare-voix qui déshabille l’émotion jusqu’à la mettre à nu.
A découvrir, ou redécouvrir, comme l’une des très belles surprises de cette édition 2022.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.